Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail
Renzo Piano

Petit fils et fils d’architectes, Renzo Piano fait ses études à Florence puis à Milan où il passe son diplôme au département d'architecture de l'École polytechnique en 1964.

C’est avec son père qu’il débute sa carrière avant d’intégrer l’agence de Franco Albini.

De 1965 à 1970, il oeuvre au côté de l’architecte Louis Kahn, à Philadelphie, et chez Z. S. Makowsky, à Londres. A cette époque il fait la connaissance de Jean Prouvé, avec lequel il se lie d'amitié. Cette rencontre influencera considérablement son œuvre.

À partir de 1971, il collabore avec Richard Rogers (Piano & Rogers). L’année 1977, marque sa rencontre avec Peter Rice (Atelier Piano & Rice), qu'il accompagnera jusqu'à sa mort en 1992.

Renzo Piano dirige aujourd'hui des cabinets à Gênes, à Paris, où il vit, et à Berlin sous la dénomination de « Renzo Piano Building Workshop », un groupe rassemblant une centaine de collaborateurs, architectes, ingénieurs et spécialistes divers.

En 1990, il obtient le Prix de Kyōto, et en 1998 le Prix Pritzker d'architecture. En 2008 Renzo Piano a reçu le plus grand prix de la culture au Danemark le Sonningprisen, prix attribué par l’université de Copenhague à une personne qui a réalisé un travail méritoire en faveur de la culture européenne.

Parler de Renzo Piano, c’est avant tout mettre l’accent sur un architecte capable de transcender la matière et les éléments afin d’offrir une enveloppe aux projets les plus audacieux ! Son oeuvre est caractérisée par la conception de lieux et d’équipements publics. (Musées, aéroport, stades...) Attaché à l’outil culturel qu’est le musée, Renzo Piano à su mettre son talent d’architecte au service de la culture comme le démontre, encore, l’engouement pour le Centre Pompidou, la Menil collection Houston, la Fondation Beyeler à Bâle, l’Art Institute of Chicago, le centre Jean-Marie Tjibaou de Nouméa, ou encore l’extension du High museum d’Atlanta...

Toujours en quête d’excellence, le travail de Renzo Piano ne pourrait se résumer aux seuls musées. Travailleur acharné, il remet sans cesse en cause, dans un questionnement sur l’enjeu de l’édifice et de son contexte, la matière, les formes, les couleurs et les textures. Des formes organiques, qu’il privilégiait au début de sa carrière, font place, aujourd’hui à des formes plus rectilignes dans des tonalités blanches : un retour au classicisme et à la sagesse d’un «maître architecte». Renzo Piano signe avec élégance les plus grandes métropoles dans un souci du détail, de qualité des matériaux et d’une mise en lumière des lieux.

Renzo Piano est intervenu sur l'aménagement et la conception de la Potsdamer Platz à Berlin, une travail débuté en 1992 et achevé en 2000. Sur près de 600.000 m2, cet espace était resté vide de toute construction après la seconde guerre mondiale. Situé entre la Potsdamer Platz et la Porte de Brandebourg, et à la dimension d’une ville, Renzo Piano a réhabilité ce lieu autour d’une place centrale, véritable berceau du projet. Lieux culturels, espaces commerciaux, bureaux et autres centres d’activité si déploient.

Son trait reconnaissable a fiat émergé le "Parco della MusicaAuditorium" de la ville de Rome, en Italie. Débuté en 1994 et achevé en 2002, cet espace s'articule autour de 3 bâtiments séparés par un auditorium en plein air. Inspirés par des instruments de musique, avec une acoustique intérieure exceptionnelle. Parco della Musica s’articule autour des bâtiments Santo Cecilia d’une capacité de 2.800 sièges, de Sinopoli d’une capacité de 1.200 assises et de Petrassi de 750 places.

Entre les années 2000 et 2005, EMI Music France confie à Renzo Piano la création de son siège. S’inscrivant dans un contexte de bâtiments industriels, dans la zone de Montmartre (Paris),  ces bâtiments ont été entièrement repensés et rénovés afin d’accueillir le siège social France du groupe EMI music. Positionné autour d’un jardin central, des passerelles font la liaison entre l’intérieur et l’extérieur. Ces bâtiments ont été repensés selon la typologie des anciens bâtiments industriels parisiens afin d’apporter une touche d’originalité et de distinction à ces lieux. Petit village à part entière, ce lieu concentre les studios, un hall de concert et des bureaux.

En Nouvelle Calédonie, il a été sélectionné afin de créer Le centre culturel J.M Tjibaou, entièrement pensé et consacré à la culture Kanak. Construit sur une bande de terre étroite, entourée par les eaux, il s’articule autour de 10 pavillons modelés d’après les formes locales d’habitations Kanak. Renzo Piano s’est inspiré de la culture locale afin de concevoir un lieu de mémoire, de recherche, et d’information. Ces huttes, immergées dans une végétation luxuriante, sont au coeur de plan d’aménagements et certaines, d’entre elles, ont une hauteur dépassant les 28 mètres. Cette relation entretenue par les Kanak à la nature se lie dans la structure des tours construites en bois d’Iroko. Renzo Piano a réussi, au travers de ce challenge architectural, à rendre hommage à une culture et ses traditions, sans tomber dans le piège du cliché ou de la parodie culturelle en créant un lieu vivant que l’homme s’est approprié. Ce chantier débuté en 1991 s'achèvera en 1998.

Renzo Piano et son équipe, sont à l'oeuvre de la splendide rénovation du Lingotto Factory de Turin, entre 1983 et 2002. Ce bâtiment, construit dans les années 20, était l’un des plus grand et des plus moderne d’Europe en terme d’ingénierie architecturale. Long de 500 mètres, sur 5 niveaux et disposant d’une piste de test pour les voitures sur toute la surface de son toit, il a été le paquebot de l’empire industrielle FIAT. Offrant un volume total riche d’un million de m3, il est le parfait exemple du système constructif modulaire s’appuyant sur la répétition d’éléments simples : piliers, poutrelles et dalles.
Fermé et désindustrialisé depuis 1983, ce bâtiment se devait de retrouver une seconde jeunesse tant son emprise sur la ville de Turin était riche en symbole et émotions. La conversion de cet immense lieu a été confiée à Renzo Piano qui a eu à coeur de conserver la structure du bâtiment et son caractère monumental. Devenu, aujourd’hui, un lieu public avec hôtel, auditorium, centre de congrès et shopping center... il accueille un département de l’université de Turin et le siège du groupe FIAT.
Rénover un lieu, tel que cette immense usine, relève du défit pour un architecte. Le travail réalisé par Renzo Piano et ses équipes démontre tout son talent à conserver le caractère architectural de ce bâtiment. Là où certains se serait contentés de raser pour reconstruire, Renzo Piano a été fidèle à la philosophie du lieu au travers d’une refonte et d’une réorganisation de l’espace interne : un travail titanesque, tant la surface à réaménager et importante. L’importante surface vitrée de ce lieu a été entièrement conservée. Pour ce faire, malgré les fortes variations de température, Renzo Piano, pionnier dans l’utilisation de technologies innovantes, a doté toutes les ouvertures de stores et volets roulants automatisés permettant de réguler l’apport de lumière et de température. Ce système développé par les équipes SOMFY, déploie ou ferme les protections solaires, de façon autonome, en fonction de la saison et du degré d’ensoleillement.

L'univers de cet architecte est à découvrir en visitant le site : www.rpbw.com 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail