Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail
Pablo Katz

Pablo Katz, architecte DPLG a étudié à la Facultad de Arquitectura y Urbanismo (FAU-UBA) de Buenos-Aires-Argentine, et à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville. Architecte D.P.L.G. Après des années d’exercice en Argentine puis en France (à partir de 1982), il fonde GKP Architecture (2001) puis PABLO KATZ ARCHITECTURE (2009). 

Enseignant, chercheur, expert, conseiller, Pablo Katz a enseigné à l’Ecole Camondo, Paris (1992-2001), à l’Université UTDT (Buenos-Aires), à l’Ecole Spéciale d’Architecture (ESA) à Paris, à la Kunstakademie de Stuttgart, à la FADU-UBA (Buenos-Aires), a été responsable du séminaire « Expériences urbaines Paris-Buenos Aires » en collaboration avec l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), est partenaire et formateur dans le cadre des Matinales d’Aptitudes Urbaines, cursus de formation continue à la démarche de programmation urbaine et a été membre du groupe de travail constitué par la MIQCP pour la rédaction de l’ouvrage "La maîtrise d'ouvrage de l'opération d'aménagement urbain - la démarche stratégique de programmation urbaine".

Il a participé à des colloques internationaux aux thèmes variés (urbanisme souterrain, urbanisme des rivages, logement bioclimatique, « maison nouvelles tendances », Humanisation de l’espace public,…ainsi qu’a plusieurs biennales), a réalisé des expositions d’Architecture, a été membre du comité de rédaction de la revue « Architectures à vivre » et directeur de la publication de la revue critique d’architecture « Le visiteur ».

Pablo Katz est membre titulaire de l’Académie d’Architecture de France, vice-président et ancien-président de la Société Française des architectes (SFA), Honorary Fellow de l’Institut Coréen des Architectes (KIA) et membre du Conseil Académique de l’école d’architecture de l’UADE (Arg.).

Pour vous, quel est le rôle que doit s’attribuer l’architecte dans l’aménagement de notre espace urbain ?

La qualité architecturale est indissociable de la qualité urbaine, paysagère et environnementale. Si l’essentiel des tissus urbains centraux est aujourd’hui consolidé et souvent de bonne qualité, la croissance urbaine se fait désormais en dehors des centres, dans les périphéries des villes et des villages. Deux tiers des logements réalisés annuellement en France le sont dans des lotissements médiocres, qui dénaturent nos territoires. L’espace public est le grand absent de ces aménagements qui ne fabriquent aucune urbanité. Les entrées des villes avec leurs entrepôts franchisés et leurs centres commerciaux anti-urbains sont le corollaire de ce mode d’aménagement désastreux du territoire. Si les architectes ont été marginalisés de la fabrication de ce type de tissus, tout autant du pavillonnaire que des zones d’activités en périphérie des villes, une prise de conscience des politiques et des citoyens a progressivement lieu. Ainsi les architectes devraient redevenir des acteurs majeurs de la qualification des nouveaux espaces urbains et de la requalification de ceux existants. Mais ils ne pourront pas le faire seuls, la fabrication de la ville est une tâche complexe qui doit mobiliser de nombreux acteurs : politiques, techniciens, paysagistes, citoyens…

Vous travaillez en France comme à l’étranger. Y aurait-il un fil conducteur à toutes vos réalisations ?

Mon activité à l’étranger porte essentiellement sur des missions de conseil en urbanisme, des conférences et des workshops. Mais si je devais évoquer un fil conducteur à mes réalisations ce serait probablement l’exigence, la rigueur et un positionnement éthique qui trouve son origine tout autant dans la conscience de la dimension sociétale et politique de notre métier (dans le sens de l’intérêt général), que dans le fait que les bâtiments s’inscrivent dans le temps long et doivent à la fois être respectueux du passé, exprimer notre temps et se projeter vers l’avenir.

Un architecte est-il un sociologue de notre temps ?

Sans doute, mais pas seulement. L’architecte est aussi un artiste, un artisan, un technicien, un historien, un prospectiviste, un chef d’orchestre, il doit connaitre le droit, l’économie du bâtiment, la géométrie descriptive, la physique statique,… L’architecture est sans doute un des métiers les plus transversaux qui soit. C’est ce qui fait sa beauté, mais aussi sa complexité.

Quel est, pour vous, le matériau qui a révolutionné votre façon de construire ?

La matière grise. Celle qui permet de tirer le meilleur parti de chaque matériau.

Quel regard portez-vous sur l’évolution technique et technologique des produits de construction ?

Passionné, lucide et critique à la fois. Les techniques et les technologies doivent être mises au service d’une idée, d’un projet et des usages. Je me méfie des projets qui n’ont d’autre ambition que de faire leur éloge.

Quel serait, à vos yeux, le bâtiment reflétant au mieux votre différenciation architecturale ?

Je ne poursuis pas de façon obsessionnelle la quête de la différenciation. Chaque projet est unique et obéit à des conditions particulières d’émergence. Je recherche une certaine forme d’évidence. Ce qui m’intéresse c’est la question du sens. Un projet est une réponse à une question posée, parfois clairement formulée, parfois tacite. Il faut que cette réponse ait du sens, qu’elle soit juste et nécessaire.

Propos recueillis le 30 décembre 2016 à Paris par notre rédaction.

En sa qualité d’architecte, Pablo Katz a réalisé plus de deux milliers de logements, des groupes scolaires, plusieurs équipements de petite enfance, le Centre de Congrès de Périgueux, le Centre Départemental de Communication de la Dordogne (comprenant les locaux de F3 Dordogne et de France Bleu Périgord), la restructuration d’un édifice du XVème siècle pour l’Opéra du Rhin, le siège de l’Office Départemental de HLM de la Seine-Saint-Denis (OPH’93) ainsi que divers projets d’urbanisme, sans compter sa participation à un très grand nombre de concours sur invitation. PABLO KATZ ARCHITECTURE a été lauréat en 2016 de l’Appel à Projets Urbains Innovants (APUI) lancé par la Ville de Paris « Réinventer-Paris », sur le site de l’ancien conservatoire de musique de Paris

De plus amples informations sur Pablo Katz en visitant le site : www.pablokatz-architecture.com 

Voici, ci après, quelques réalisations de l'agence Pablo Katz Architecture.

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail