Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail
SENTRI TECH

Venus des premiers grands échanges maritimes, les termites ont envahi tout le bassin ouest de la France, mais également la région PACA.

Paris n'a pas également été épargnée par l'appétit féroce de cet isoptère à l'instar des quartiers de la Madeleine ou encore de la Sorbonne et, ce sont, depuis 2003, plus de 15 arrondissements parisiens qui ont été classés en zone infestée, par le simple faite d'un déport de gravas ou l'utilisation d'essences de bois venues du grand Ouest et de pays chauds.

En transplantant une plante exotique, tel un palmier, il est possible d'importer, à son insu, une colonie de termites, dans votre jardin.

Ces insectes sociaux vivent en colonie et l'on dénombre en France 4 grandes espèces, dont le fonctionnement social est identique.

Seul, les ouvriers sont capables de dégrader la cellulose du bois et ont la lourde charge de nourrir l'ensemble de la colonie par trophallaxie : un échange complet de l'aliment entre les membres. Ce ravageur raffole de bois d'oeuvre dont l'humidité est égale ou supérieure à 20% mais également tous supports riches en cellulose. Les termites sont, de plus, prolifiques en milieu chaud.

De part le système alimentaire, très spécifique de cet insecte et, au travers de son expérience dans la lutte des termites depuis plus de 20 ans, la société Sentri TECH a développé un tout nouvel appât à haute densité, permettant de lutter contre ce xylophage.

Cette innovation ingénieuse repose sur le principe de prévention grâce à une barrière physique constituée de stations enterrées dans le sol à raison d'une tous les 3 mètres. Chaque station est pourvue d'un tout nouvel appât à grande appétence pour les termites et imprégné d'un insecticide spécifique, à retardement d'action. Dès dégradation de l'appât par les termites ouvriers, ceux-ci transmettront la molécule insecticide, développée par la société DOW AGROSCIENCES, à toute la colonie. Cette molécule d'hexaflumuron agît, à retardement, sur la mue des termites en bloquant celle-ci et, de fait, en les tuant.

Uniquement mis en oeuvre par des applicateurs formés Sentri TECH, ce nouveau traitement évite la mise en oeuvre d'appâts et leurs contrôles, comme les anciens systèmes le proposaient (Plaquettes de bois...) avant de procéder à la mise en oeuvre d'un traitement d'éradication. Les appâts gardent leur efficacité pendant 4 années, en situation.

Cette barrière, autour de la maison, est un gage d'efficacité à court et long terme. Sentri TECH HD a été certifié par le CTB P+ pour son efficacité en France métropolitaine, en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et en Guyane. Le laboratoire d'analyse Excell a attribué le Label Excell+ à la formulation de l'appât qui peut, ainsi, être utilisé dans tous les lieux où la qualité de l'air est importante. (Crèches, écoles, chambres...)

70 agences en France, certifiées Sentri TECH, propose ce nouveau produit et, les 90 techniciens, ont tous reçu une formation dans la lutte contre les termites. Ils disposent d'un certificat validant théories et pratiques et une formation continue permet de réactualiser leurs compétences. Les équipes Sentri TECH effectuent, quant à elles, des contrôles, de façon ponctuelle, pour s'assurer de la bonne mise en oeuvre des procédés.

Gage de pérennité pour les bâtiments existants, sachez qu'en moyenne, pour une maison individuelle, le coût d'un traitement Sentri TECH varie de 3.000 à 5.000 €, suivant la surface à protéger et le niveau d'infestation.

En France, pour rappel, l'article 3 de la loi n°99-471 du 8 juin 1999 impose à tout vendeur de bien immobilier de fournir à son acquéreur, lorsque ce bien est situé dans une zone contaminé ou susceptible de l'être, un état parasitaire de moins de six mois. A défaut, sachez que le vendeur ne peut s'exonérer de sa garantie des vices cachés.

Liste des agences certifées Sentri TECH en suivant ce lien.


Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail