Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Lors du salon BATIMAT 2009, une étude exclusive sur la Qualité Environnementale du Bâtiment,  au service de la construction durable, a été dévoilée. Cette étude a été menée par des organismes indépendants sur le principe de l'Analyse de Cycle de Vie régie par la norme ISO 14040 et sur celui des Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) régies par la norme NF P 01-010. Cette étude a utilisé les FDES telles qu'elles étaient disponibles entre le début de l'étude et la clôture des calculs entre août 2008 et avril 2009. (Notons que toute FDES rendue publique après avril 2009 n'a donc pas été prise en compte dans cette étude.)

Cette étude QEB démontre tout l'intérêt des systèmes constructifs en béton conjuguant performance environnementale, confort, résistance et innovation, pour un coût maîtrisé. Facilement accessible, partout en France, l'efficacité du matériau béton en fait la meilleure technique disponible afin de résoudre l'épineux problème "construire durablement pour un plus grand nombre".

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Face aux récentes inondations dans le Midi de la France, à la tempête de 2008 et aux différents risques du quotidien, nous souhaitions vous rappeler ces quelques règles, permettant d'effectuer votre déclaration auprès de votre assureur !

A la lecture de la loi, vous disposez d'un délai de cinq jours afin de déclarer votre sinistre matériel auprès de votre compagnie d'assurance. Cette démarche permettra une prise en charge rapide et efficace des dégâts.

Illustrez votre déclaration par des photos permettant de valider l'ampleur des dommages et n'oubliez pas de fournir, une liste complète exhaustive des dégradations. Votre assureur vous réclamera les preuves d'achat et factures des biens détériorés.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

D'ici 2030, la population des plus de 75 ans va doubler.

Prolonger l'autonomie de cette classe d'âge est un enjeu sociétal alors que beaucoup de structures d'accueil arrivent, aujourd'hui, à saturation.

La MAIF répond à cette attente en proposant un test rapide permettant d'établir un autodiagnostic de votre habitat, afin d'apporter les premières adaptations nécessaires. L'aménagement de l'habitat peut limiter les risques domestiques liés aux chutes afin d'apporter plus de confort et de sécurité. 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Vous êtes sociétaire de la MACIF, alors ce nouveau service est pour vous !

Service Travaux Macif met à votre disposition tout le savoir-faire d'artisans agréés vous garantissant le suivi qualité de votre chantier, pour des travaux effectués en toute confiance et en toute simplicité. 

Qu'il s'agisse de travaux de peintures, la pose de revêtement de sols ou murs, la mise en oeuvre de carrelage, des raccordements de plomberie, la pose de fenêtres ou de volets ou des travaux d'électricité, le Service Travaux de la Macif met à votre disposition un réseau riche de 3.500 artisans agréés à travers toute la France. 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Longtemps cantonné à des expériences en laboratoire, la photocatalyse fait aujourd'hui partie de notre quotidien au travers d'applications multiples comme les bétons, les surfaces vitrées et bien d'autres produits dépolluants.

Rappelons que la Photocatalyse est un phénomène naturel dans lequel une substance (appelé le photo-catalyseur), initie une réaction chimique sous l'action de la lumière, principalement sous l'effet des rayons ultraviolets. Cette réaction n'entraîne aucune dégradation du photo-catalyseur.

Des réactions d'oxydoréduction peuvent ainsi se produire entre les électrons capturés et les substances chimiques absorbées.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

L'eau, vous le savez, conditionne la vie sur notre planète ! L'eau potable, quant à elle, est un élément précieux présent en quantité limitée.

Au-delà d'une consommation raisonnée, face à un prix qui ne cessera d'augmenter, il est nécessaire de la préserver et la protéger !

Ne pas gâcher cette eau passe nécessairement par le changement de nos comportements mais surtout la traque des fuites qui, non seulement, consomment de grandes quantités d'eau mais alourdissent également votre facture.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Dans cet espace "plaisir", il est important de penser collectif et non égoïste et quelques gestes écolo sont à respecter !

La cuisine, en effet, est un lieu où l'eau et l'énergie sont consommées avec de façon importante. Il est donc nécessaire, avant d'acheter votre équipement électroménager de vérifier la classe énergétique et la consommation en eau de vos futurs équipements. Optez donc pour des équipements de classe "A", voire "A+".

Réalisez des économies en changeant vos ampoules et en optant pour un éclairage basse consommation. La cuisine est la pièce la plus éclairée de l'habitat et ce, du matin jusqu'au soir ! Adoptez "l'extinction attitude" en veillant à ne pas laisser vos appareils en mode veille, fort consommateur d'électricité. Ajustez la température de votre réfrigérateur (4°C) et de votre congélateur. (-18°C) 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Suivant le local à carreler, il est nécessaire de bien choisir le carrelage le mieux adapté.

Saviez-vous que des tests sont effectués par le CSTB (le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) sur les carreaux céramiques afin de leur attribuer un classement NF UPEC ayant pour but d'exprimer si un carrelage est approprié à un type de local déterminé.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

Le béton cellulaire, plus communément appelé THERMOPIERRE, tel que nous le connaissons de nos jours est né de la combinaison de deux inventions antérieures : l’autoclavage du mélange sable/chaux/eau et “l’émulsification” des mélanges de sable, ciment/ chaux et eau.

La première invention est attribuée en 1880 à W. Michaelis. Ce dernier a mis en contact un mélange de chaux, sable et eau avec de la vapeur d’eau saturée sous haute pression et est ainsi parvenu à donner naissance à des silicates de calcium hydratés hydrorésistants.