Avril 2024
Edition # 157
ROCAMAT / GROUPE POLYCOR

Ce 27 février 2023, marque le projet de cession de ROCAMAT au groupe Polycor : une entente exclusive visant la vente de ROCAMAT à la division Polycor France Holding, filiale du Groupe Plycor.

Les actionnaires majoritaires du groupe ROCAMAT, MM. Pierre Brousse, Jean-Louis Marpillat et Franck Rouyer envisagent de céder leurs participations au Groupe Polycor, actionnaire minoritaire de ROCAMAT. Polycor France Holding a signé une promesse d’achat pour le projet d’acquisition de 100 % du capital de ROCAMAT SAS.

Pour rappel, ROCAMAT est une société fondée en 1853 et reconnue en France comme à l’étranger, qui extrait et transforme la pierre calcaire française pour les principaux donneurs d’ordres que sont les grandes entreprises du BTP, les collectivités, les monuments historiques, les architectes et les acteurs de la filière pierre. ROCAMAT opère une trentaine de carrières en France, possède 4 usines et emploie environ 160 personnes.

Le Groupe Polycor, quant à lui, est le chef de file mondial de l’industrie de la pierre naturelle. Il possède des filiales au Canada, en France et aux États-Unis. La force du Groupe en fait le premier carrier de pierres naturelles dimensionnelles au monde. Leur réputation de classe mondiale provient d’un grand héritage du travail de la pierre sur des sites historiques, des projets institutionnels, commerciaux et résidentiels. Fondée à Québec (Canada) en 1987, l’entreprise emploie aujourd’hui près de 1 350 personnes et possède plus de 50 carrières et 20 usines de fabrication.

L’opération projetée s’inscrit dans le cadre de la stratégie de Polycor France, filiale du Groupe Polycor, visant à consolider sa position de chef de file de la pierre naturelle et renforcer sa présence en Europe et à l’international.

En 2018, Polycor France s’est associée à ROCAMAT en devenant l’un de ses actionnaires minoritaires et en reprenant les opérations au sein de quatre carrières situées en Bourgogne (sites de Chassagne, Massangis, Rocherons) ainsi que de la carrière de Lens, située dans la région du Gard.

« Ce projet d’acquisition constitue une étape naturelle pour la croissance de Polycora déclaré Patrick Perus, PDG de Polycor. « Depuis sa création en 1987, en nous appuyant sur une vision à long terme, nous avons bâti des alliances avec des entreprises qui partagent nos valeurs. L’héritage de ROCAMAT comprend plus de 170 ans d’expertise, un savoir-faire et une maîtrise incomparable de la pierre naturelle en France. Ce fleuron de l’industrie constitue le parfait allié pour le futur des matériaux de construction durables. L’acquisition de ROCAMAT nous permettrait d’enrichir notre offre en proposant un portefeuille de produits toujours plus complet et répondant à des standards de qualité inégalable. »

Pierre Brousse, actionnaire majoritaire de ROCAMAT, a déclaré quant à lui : « Notre groupe familial est présent depuis près de 8 ans au capital de ROCAMAT. Durant cette période, nous avons restructuré l’entreprise autour de son modèle économique historique. Les perspectives du marché de la pierre naturelle en France appellent des investissements industriels de grande capacité dont il nous paraît sage de confier l’exécution au leader mondial de la pierre ornementale qui, j’en suis sûr, saura mieux que quiconque développer les capacités de l’entreprise. »

Jean-Louis Marpillat, président de ROCAMAT, a déclaré quant à lui : « Après une phase de retournement, ROCAMAT peut maintenant envisager une phase de développement, en saisissant les opportunités que le marché des matériaux naturels et “verts” est en train d’ouvrir. Pour aborder cette nouvelle aire de développement, ROCAMAT se félicite d’être adossé à un grand groupe du métier capable d’assurer financièrement la réalisation de ces nouveaux défis. »

Ce projet cession est soumis, conformément à la réglementation en vigueur, à l’information-consultation du Comité Social et Économique Central de ROCAMAT lequel a été saisi le 27 février 2023. Une présentation détaillée sera discutée à partir du 6 mars dans l’entreprise. Ce projet sera également soumis à l’autorisation du Tribunal de Commerce de Bobigny.