Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail
UNIFAB 2019

Après un bilan 2018 en baisse de la douane, sur le secteur des contrefaçons, l'Unifab s'inquiète de celle-ci alors que les faux produits ne cessent d'envahir le quotidien des consommateurs.

Notre rédaction relaie cette inquiétude de l'Unifab.

Paris, le 25 février 2019

L’Union des Fabricants (Unifab), association de promotion et de défense de la propriété intellectuelle qui représente 200 entreprises issues de tous les secteurs d’activité, s’est rendue aujourd’hui sur le site de tri postal de Chilly Mazarin où M. Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes Publics, et M. Rodolphe Gintz, Directeur général de la Douane, ont révélé les résultats 2018 de cette administration.

Les saisies de faux produits s’élèvent à 5.4 millions, contre 8.4 millions en 2017, soit une baisse de 35.7%, alors que le nombre de procédures reste identique. Ce chiffre démontre le travail continu et efficace des services douaniers dont la régularité est exemplaire, mais il prouve également le changement de pratique de distribution des contrefacteurs.

Ce constat permet en effet de comprendre que l’achat de contrefaçons s’effectue désormais majoritairement sur Internet, directement par les consommateurs finaux, alors qu’auparavant elles transitaient chez des grossistes, qui étaient livrés par conteneurs, et qui les redistribuaient au niveau national via des réseaux de ventes diversifiés (à la sauvette, sur les marchés, chez les discounters, via les comités d’entreprises…). Si le procédé de vente directe au consommateur simplifie la distribution pour les criminels, il complique la tâche pour les autorités publiques qui, malgré leur expérience et leur volonté de protéger les consommateurs, ne peuvent pas matériellement contrôler l’intégralité du trafic postal.

Et c’est sans surprise que les produits de consommation courante occupent les premières places des saisies. Celui des jeux et des jouets en tête avec plus de 830 mille faux produits puis, quasi exæquo, celui des produits de soin corporel et des vêtements avec plus de 500 mille articles de contrefaçon retenus pour chaque secteur. « Tout le danger est donc de savoir ce que l’on achète sur Internet, notamment sur les plateformes qui vous appâtent, il faut en être conscient, avec la photo d’un produit authentique à un prix approchant du prix normal, et vous livrent une pâle copie, pouvant mettre en danger votre santé et votre sécurité » déclare Christian Peugeot, Président de l’Unifab.

La responsabilisation des intermédiaires, notoires ou peu connus, doit donc être une priorité du gouvernement, telle qu'affirmé ce matin par M. Gérald Darmanin, afin de protéger les consommateurs, l’économie française. Les pertes dues à la contrefaçon représentent chaque année plus de 35 mille emplois et 6773 millions d’euros, selon l'étude de l’Observatoire européen de l’EUIPO. (Etude EUIPO en visuel de cet article.)

L’Unifab appelle le gouvernement à une sensibilisation citoyenne, et notamment des plus jeunes qui, d’après une étude réalisée en 2018 par l’IFOP, sont 37% âgés de 15 et plus à avoir déjà acheté de la contrefaçon sans le savoir. (Etude de l'IFOB pour l'Unifab consultable en suivant ce lien.)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail

CORTA PIZZ' / LE COUTEAU POUR PIZZA SIGNÉ LION SABATIER

Pensé et développé afin de découper de façon précise les pâtes fines ou plus épaisses, ce nouveau couteau CORTA PIZZ' va simplifier votre pizza party.