Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail
Un banc signé Pierre Charpin PLATEFORME 10

Le designer Pierre Charpin est l'heureux lauréat du concours PLATEFORME 10 pour la création des bancs pour le mudac et le Musée de l'Elysée à Lausanne, le tout parrainé par le spécialiste français du meuble outdoor Tectona.

Le mudac (musée de design et d’arts appliqués contemporains) et le Musée de l’Élysée (musée cantonal de la photographie) s’installeront dès novembre 2021 dans un nouveau bâtiment à PLATEFORME 10, le quartier des arts en plein coeur de Lausanne, pour une ouverture au public en juin 2022.

Alors que le mobilier conçu pour l’extérieur du site de PLATEFORME 10 vient de remporter un prix pour son design décerné par le magazine Hochparterre, PLATEFORME 10 a choisi la marque de mobilier française Tectona pour organiser et parrainer un concours de design afin d’imaginer et développer un banc sur mesure pour l’accueil des publics dans les espaces d’exposition du Musée de l’Elysée et du mudac.

Le jury présidé par Chantal Prod’Hom, directrice du mudac, assistée de Susanne Hilpert, conservatrice du mudac et composé de Tatyana Franck, directrice du Musée de l’Elysée, Alexis Georgacopoulos, directeur de l’ECAL, Béatrice Salmon, directrice du Centre National des Arts Plastiques, Emmanuel Ventura, architecte cantonal DG des Immeubles et du patrimoine du Canton de Vaud, Manuel Aires Mateus, architecte et Blanche Aloisi de Crépy, directrice de Tectona, s’est réuni le 15 octobre dernier et a choisi la proposition du designer français Pierre Charpin.

Ces bancs seront installés dans les espaces du mudac et du Musée de l’Elysée d’ici l’automne 2021, en prévision de l’événement de remise des clés du bâtiment qui aura lieu du 4 au 7 novembre 2021.

Le banc de Pierre Charpin, lauréat du concours PLATEFORME 10
Le brief de départ était de concevoir un banc pour les salles d’exposition du futur bâtiment du mudac et du Musée de l’Élysée sans dossier, avec peu de matériaux, dont la fabrication ne nécessite pas d’outillage technique, pouvant être déplacé facilement, en utilisant une matière locale et naturelle avec comme fil conducteur la notion de durabilité.

À partir de ce brief, j’ai dès le départ dessiné un objet mono-matériau, un objet radical. Un banc en chêne massif, une essence locale, avec des sections de bois assez larges, pour que la matière soit très présente. Un design très simple pouvant être décliné facilement dans différents formats, couleurs etc. Je voulais faire un objet qui ait une présence mais qui sait se faire, en même temps, discret » explique Pierre Charpin.

Le banc s’inspire directement du passé du lieu où est implanté PLATEFORME 10. Cet espace, dans le prolongement de la Gare de Lausanne, abritait jusqu’en 2016 des halles de réparation de locomotives des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF). Plusieurs éléments rappellent le passé ferroviaire du site, dont la plaque tournante, des rails intégrés à la nouvelle esplanade, ou encore la verrière du bâtiment du MCBA, qui a été conservée et rénovée.

« Le banc reprend le langage visuel de la voie ferrée : il se compose de sections de chêne massif (225x75cm et de longueur variable), assemblées entre elles d’une manière très simple. Ce banc permettra à la fois de marquer de sa présence les salles intérieures du musée, tout en s’effaçant devant les oeuvres qui seront exposées. Un clin d’oeil assumé au passé du lieu. Le banc n’est pas sans rappeler certaines oeuvres minimalistes de Carl André, un artiste que j’apprécie énormément » poursuit le designer.

Le choix d’utiliser une matière naturelle et locale est aussi d’une importance majeure car le quartier des arts est développé avec l’idée forte d’en faire un espace où la nature, la biodiversité et le développement durable se rejoignent dans un même objectif de durabilité.

Le banc sera, quant à lui, développé et fabriqué par Tectona, sous la supervision de son chef d’atelier Jean-Yves Grandfils, meilleur ouvrier de France. Le premier prototype a été réalisé en novembre 2020, puis des tests de solidité et de durabilité ont été réalisés jusqu’au mois de janvier 2021. Le banc, fabriqué en plusieurs exemplaires, sera implanté sur le site de PLATEFORME 10 à partir du 4 novembre 2021.

Avec ce projet, Tectona démontre une nouvelle fois sa capacité créative et de production pour des projets spéciaux. La marque est fière d'avoir partagé son expertise et son savoir-faire avec de grandes institutions culturelles telles que le Château de Versailles, le Musée Picasso Paris et ce troisième projet emblématique qu'est PLATEFORME 10.

« Je suis particulièrement heureux de travailler à nouveau avec Tectona, spécialiste du mobilier d’extérieur haut de gamme et durable. C’est la prolongation d’une histoire commencée avec la marque en 2005 lorsque j’avais créé la collection Tennis. J’aime les collaborations qui se construisent dans le temps. J’ai aussi un lien fort avec la ville de Lausanne où j’ai enseigné à l’ECAL pendant près de 8 ans et réalisé ma première exposition personnelle grâce au mudac qui m’a offert une carte blanche en 2009. Avec ce projet, je renoue des liens forts avec Lausanne et Tectona. Cela me touche énormément » explique Pierre Charpin.

Pour rappel, après l’inauguration du Musée cantonal des Beaux-Arts en 2019, le Musée de l’Elysée (Musée cantonal de la photographie) et le mudac (musée de design et d’arts appliqués contemporains) rejoindront PLATEFORME 10 en 2021, créant un nouveau quartier des arts d’une surface de 25’000 m² au coeur de la ville de Lausanne. PLATEFORME 10 a pour mission d’éveiller et d’élargir la curiosité de tous les publics en leur offrant un espace de découverte, d’échanges, d’apprentissage, d’expérimentations, d’émerveillement, mais aussi de loisirs et de contemplation.

Le mudac, quant à lui, est le seul musée romand consacré exclusivement au design et aux arts appliqués contemporains. Il concentre son expertise sur les 15 à 20 dernières années de création, suisse et internationale. Son approche se caractérise par sa politique d’ouverture et d’échanges dynamiques entre les diverses disciplines de la création contemporaine, et son regard curieux et incisif sur ce qui façonne nos manières de vivre. Son approche unique et audacieuse est reconnue dans le monde entier, où ses expositions circulent de Paris à Séoul.

Enfin, le Musée de l'Elysée est reconnu pour son rôle en faveur de la multiplicité des pratiques photographiques, la qualité et la diversité de ses expositions et de ses publications ainsi que pour la richesse de ses fonds. Il détient en effet des collections uniques de plus d'un million de phototypes dont plusieurs fonds photographiques complets tels ceux de Charlie Chaplin, Sabine Weiss, Jan Groover, ou René Burri. En soutenant la jeune création, en offrant de nouvelles perspectives sur les grands photographes et en confrontant la photographie à d'autres formes d'art, il expérimente ainsi sans cesse pour, sur et avec l'image.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Imprimer l'article Envoyer par mail